1. Supérieur
  2. Licence / Université
  3. L’université Joseph-Fourier–Grenoble 1 : le chaudron des Alpes
Reportage

L’université Joseph-Fourier–Grenoble 1 : le chaudron des Alpes

Envoyer cet article à un ami
Devant la fac de santé de l'université Joseph-Fourier – Grenoble 1. // © Virginie Bertereau
Devant la fac de santé de l'université Joseph-Fourier – Grenoble 1. // © Virginie Bertereau

PORTRAIT DE FAC. Ça bouillonne à la fac de sciences, technologies et santé de Grenoble ! Remise à niveau avant l’entrée en licence, tutorat précoce, parcours spécial bacs pro, révolution numérique dans les filières santé… l’université multiplie les initiatives pour mener ses 15.400 étudiants à la réussite.

Quelle est la seule université grenobloise qui gagne des effectifs d'étudiants (+1,5 % au total en 2012-2013 par rapport à 2011-2012)  et qui se place première fac de la région Rhône-Alpes dans le classement de Shanghai ? Si l'université Joseph-Fourier – Grenoble 1 engrange ainsi les bons résultats, c'est qu'elle bouillonne d'idées pour mener ses 15.400 étudiants à la réussite.

D'un côté, la fac de sciences, technologies et santé propose une voie d'excellence à une poignée de bacheliers professionnels. De l'autre, elle révolutionne sa PACES (première année commune des études de santé) pour donner des chances identiques à ses centaines de candidats. Elle a par ailleurs ouvert une année de remise à niveau, une "prépa" à l'entrée en licence scientifique. Et offre désormais à ses élèves de master d'étudier sur des robots sophistiqués. Tour d'horizon de ses multiples innovations.

Pour aller plus loin : Étudier à Grenoble : "En un quart d'heure, on se retrouve à la montagne" / Université Stendhal-Grenoble 3 : la littéraire qui s’emploie à compter / Noémie, en 5e année à Sciences po Grenoble : "Le campus est sympa, avec une vie étudiante dynamique"

Sommaire du dossier
L’université Joseph-Fourier–Grenoble 1, innovante par nature L'ENEPS de l'université Joseph-Fourier : une grande école pour super bacs pro L’UJF côté santé : la PACES en pleine révolution numérique