1. Valérie Pécresse face à la grogne des étudiants
Décryptage

Valérie Pécresse face à la grogne des étudiants

Envoyer cet article à un ami

Le mouvement étudiant contre la loi sur l’autonomie des facs (entre autres) prend petit à petit de l’ampleur... La coordination nationale étudiante réunie à Rennes les 10 et 11 novembre a appelé à une "mobilisation massive" et même à un "blocage des gares" dès le mardi 13 novembre. La ministre de l’Enseignement supérieur réprouve la méthode employée et crie à l’injustice.

« Je condamne vigoureusement ces blocages [des universités] qui entravent la réussite des étudiants. Les premières victimes en sont les étudiants », a déclaré Valérie Pécresse, vendredi 9 novembre 2007 au micro de France Inter. A cette « arme brutale », la ministre de l’Enseignement supérieur préfère les assemblées générales « démocratiques » qui, du reste, se multiplient dans toutes les facs de France. Selon elle, « les étudiants qui veulent aller en cours et qui comprennent qu'il y a plus à gagner en négociant avec l'État sont ultramajoritaires ». Un peu plus tôt dans la semaine, la ministre avait déploré que cette contestation réponde à des considérations politiques et jugé « paradoxal qu'au moment où l'État se réengage » dans l'enseignement supérieur, « un mécontentement s'exprime ». Un mécontentement qui ne lui paraît pas « justifié ».
 

11 millions pour le logement

 
Coïncidence (ou pas), Valérie Pécresse a par ailleurs confirmé que le budget alloué au logement étudiant allait augmenter de 11 millions d’euros. Elle l’a annoncé elle-même ce jeudi 8 novembre à l'Assemblée nationale. Cette nouvelle enveloppe devrait permettre de rénover 6 350 chambres, contre les 5 800 prévues initialement. En outre, 5 millions d’euros devraient être versés pour faciliter l'intégration davantage de bacheliers technologiques et professionnels dans les IUT (instituts universitaires de technologie). Ces crédits suffiront-ils à calmer les esprits dans les facs ? Pas sûr… Dimanche 11 novembre, une quinzaine d'universités étaient bloquées selon le Cecau (collectif contre l'autonomie de l'université) qui attend une « nouvelle vague » en ce début de semaine.
 

Blocage des gares

 
Du reste, la coordination nationale étudiante réunie à Rennes ce week-end a appelé à une "mobilisation massive" dans les universités et au blocage des gares dès le mardi 13 novembre. La centaine d'étudiants qui composent cette coordination entend ainsi montrer sa solidarité envers les cheminots. "L'objectif est de créer contre le gouvernement un rapport de force rassemblant étudiants et travailleurs", ont déclaré ses porte-parole.

Sommaire du dossier