1. Université Marne-la-Vallée : musclez votre anglais en licence de physique
Reportage

Université Marne-la-Vallée : musclez votre anglais en licence de physique

Envoyer cet article à un ami

Première fac en France par son nombre d'apprentis, l'UPEMLV multiplie les dispositifs pour booster l'insertion professionnelle de ses 11.000 étudiants. Développement de filières uniques en France (à l'image de celle de gérant de casino), multiplication des rencontres entre étudiants et pros, encouragement à l'entrepreneuriat… Zoom sur ce qui vous attend si vous optez pour cette université pluridisciplinaire située à 20 kilomètres de Paris, où seuls le droit et la santé ne sont pas enseignés.

Depuis la rentrée 2010, la licence sciences physiques-anglais de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée offre à une vingtaine d’étudiants au maximum la possibilité de suivre des parcours d’études renforcés en anglais et/ou en sciences. Un moyen pour les heureux élus de renforcer leurs chances d'intégrer les meilleures écoles d'ingénieurs dans la foulée. 

Aujourd’hui en troisième année de licence sciences physiques-anglais à l’UPEMLV (université Paris-Est Marne-la-Vallée), Laura (photo ci-dessous) va passer le prochain semestre dans l'une des universités du réseau CUNY, à New York, pour étudier la chimie.

Laura, en licence sciences physiques/anglais à l'UPEMLV - 2012
Comme 4 autres étudiants de la fac, elle avait postulé sur Admission-postbac.fr et envoyé une lettre de motivation pour intégrer ce cursus particulier. “J’avais un bac S, une moyenne de 16/20 en anglais en terminale et j’avais passé 6 semaines aux États-Unis dans ma famille. C’est cette possibilité de partir à l’étranger qui m’a convaincue de m’inscrire dans cette licence. Sinon j’aurais rejoint une autre université pour faire une licence de chimie”, raconte l’étudiante de 20 ans.

Un choix qu’elle ne regrette pas. “L’UPEMLV est une petite fac où je ne me sens pas perdue. En licence de sciences, nous étions une centaine en première année. Les enseignants étaient assez proches et on étaient bien suivis.”

 
Des conférences en anglais

 
À la place d’une des options de la licence, Laura suit depuis 2 ans 5 heures d’anglais de plus par semaine que les étudiants de la licence “classique”. En plus des cours de langue axés sur la conversation, l’étudiante assiste à des conférences en anglais données par des enseignants et des chercheurs de l’université sur leurs recherches (transformation du verre, chimie de l’ozone, fabrication des bouteilles en plastique…).
 
Les étudiants peuvent interrompre les conférenciers pour échanger. “Ces cours m’ont permis de ne pas régresser, d’élargir mes connaissances scientifiques et d’acquérir du vocabulaire spécifique. Je parle anglais couramment et au TOEFL (Test of english as a Foreign Language) j’ai obtenu 106/120”, se réjouit Laura qui pourra s’inscrire dans une fac américaine en payant les droits d’inscription français.

 
Un bon moyen de s'assurer d'être au niveau des prépas

  
Jules, en licence sciences physiques/anglais à l'UPEMLV - 2012Les étudiants suivent également une vingtaine d’heures de mathématiques statistiques par an de plus que les licences classiques, des TIPE (travaux d’initiative pratique encadrée), des projets tutorés et des “colles”. “Avec les TIPE, on analyse des documents scientifiques et on en fait une synthèse devant un jury. Cela nous prépare à des entretiens et nous donne les mêmes chances que les prépas pour préparer les concours d’admission dans les écoles d’ingénieurs”, résume Jules (photo ci-contre), intéressé par rejoindre l’École des Ponts ParisTech après sa licence ou un master.

En binôme, il a aussi mené un miniprojet de recherche en laboratoire en utilisant son matériel et ses machines pour tester un adoucisseur d’eau, avant de le présenter à un jury. “Une sorte de minidoctorat qui nous a permis de comprendre le fonctionnement d’un labo, de réfléchir à notre expérimentation avant de réaliser les tests et d’être autonomes”. De quoi étayer un peu plus un dossier de candidature aux écoles d’ingénieurs visées.

 
Dans le viseur des étudiants : les écoles d'ingénieurs du PRES

 
D’autres étudiants suivent ce parcours dans un dispositif dit d’AST (admission sur titre) en vue d’intégrer une des écoles d’ingénieurs du PRES (Pôle de recherche et d’enseignement supérieur) Paris-Est : l’Écoles des Ponts ParisTech, l’ENSG-École nationale des sciences géographiques, l’ESTP-École supérieure des travaux publics, l’ESIEE-Ecole supérieure d'ingénieurs d'électrotechnique et d'électronique ou l’EIVP-École d'ingénieurs de la Ville de Paris.

Mais attention, excellent dossier demandé : les étudiants de ce dispositif sont sélectionnés parmi les têtes de promo des licences scientifiques de l’université à partir de la L1.
  
Sommaire du dossier
Retour au dossier Former des gérants de casino, une spécificité de l'UPEMV Comment l’université de Marne-la-Vallée encourage l’entrepreneuriat étudiant Université Marne-la-Vallée : musclez votre anglais en licence de physique