1. La filière ATI de Paris 8, à mi-chemin entre l’art et l’informatique
Reportage

La filière ATI de Paris 8, à mi-chemin entre l’art et l’informatique

Envoyer cet article à un ami

Quel point commun entre Michel Foucault, Gilles Deleuze et Jacques Lacan ? Ces 3 grands intellectuels du XXe siècle sont passés par l’université Paris 8, créée à Vincennes dans la foulée de Mai 1968 et installée depuis 1980 en Seine-Saint-Denis. Conditions d’études, filières, pédagogie… grâce à notre reportage, faites connaissance avec les spécificités de cette fac à dominante lettres et sciences humaines, qui compte 40 % de salariés et 35 % d'étrangers.

Installée au sein du département des arts, la filière ATI (arts et technologies de l’image) associe la création et la recherche de pointe en multimédia et informatique. Visite en compagnie d’une doctorante.

Paris 8 - Kareen, étudiante en thèse au département ATIC’est sur un bout de pelouse, au soleil et avec un fond musical que la conversation s’engage avec Karleen Groupierre 26 ans, inscrite en thèse au département arts et technologies de l’image (à gauche sur la photo ci-contre), au sein du laboratoire INREV (image numérique et réalité virtuelle). Dans cette petite cour au pied du bâtiment A (qui regroupe toutes les disciplines artistiques), l’ambiance est bon enfant. Juste à côté de nous, un trio de musiciens – longue flûte, guitare folk et percussions – enregistre un morceau.
 

Double casquette artistique et informatique

 
“Ce sont mes enseignants d’art plastiques de Bordeaux qui m’ont orientée vers Paris 8”, raconte l’étudiante. Après avoir d’abord envisagé l’art thérapie, cette titulaire du bac L s’est dirigée vers une licence d’arts plastiques à Bordeaux 3. En parallèle, elle a suivi un DU (diplôme d’université) en informatique qui a eu l’effet d’une “révélation” pour l’étudiante.
Cette double casquette artistique et informatique est précisément la spécificité de la filière ATI, installée au sein du département des arts. Actuellement, Karleen travaille à sa thèse sur “la production transmedia et crossmedia” (projets se déclinant à la fois en jeu vidéo, série télévisé, site Web).
 

Ambiance “école” dans cette filière de fac

 
Selon Karleen, le fonctionnement d’ATI s’apparente à celui d’une école, avec des promotions d’une trentaine d‘étudiants par année. Et n’entre pas qui veut à l’étage où sont installées les salles de cours : il faut connaître le digicode. Vu le nombre d’ordinateurs dans les salles, on comprend mieux cette précaution. “Les étudiants restent souvent après les cours pour bosser sur leurs projets, mais il faut quitter les lieux à 22 heures, car le campus ferme”, indique Karleen.
 

Des débouchés dans les services R&D des grandes entreprises

 
Les sujets de thèse des autres doctorants du laboratoire sont très variés : travail sur les textures non réalistes ou sur la sonorisation d’installations interactives. “Beaucoup des anciens du département sont infiltrés dans les services recherche & développement de grandes entreprises. On a un peu la réputation d’être de vrais touche-à-tout, des sortes de couteaux suisses de l’entreprise !
Dans les concours de création numériques, les étudiant se retrouvent souvent en concurrence avec les élèves de Gobelins (Paris) ou de Sup infocom (Valenciennes).
 

Du matériel de recherche mis à disposition des étudiants

 
Paris 8 - Cours de motion captureUn étage plus bas, une équipe prépare un cours de motion capture (photo ci-contre) pour des étudiants de licence. Dans cette salle noire, sont installées sur des trépieds 12 minuscules caméras infra-rouges reliées à un ordinateur. Celles-ci enregistrent le moindre mouvement d’un modèle ayant revêtu une combinaison moulante noire parsemée de capteurs. “Le Motion capture aide les étudiants à donner ensuite des mouvements plus réalistes à leur personnages de synthèse, explique l’un des enseignants qui prépare la séance. Demain, nous allons demander aux étudiants de démonter cette installation pour mieux la remonter et la paramétrer.”
Et l’enseignant d’expliquer que ce matériel perfectionné a été acheté dans le cadre d’un projet de recherche. Les membres du laboratoire INREV ont remporté un appel à projet qui a permis de financer le matériel. Une fois le projet réalisé, les caméras ont été mises à disposition des étudiants de 1er cycle. “Ici, il y a un lien très fort entre la recherche et l’enseignement : tout le monde se connaît”, conclut Karleen dans un sourire.
Sommaire du dossier
Retour au dossier La BU, au cœur du campus de Paris 8 À Paris 8, une pédagogie innovante Le tutorat à Paris 8 selon Marie, en master 2 industries créatives La filière ATI de Paris 8, à mi-chemin entre l’art et l’informatique L'université Paris 8 vue par un étudiant haïtien