Fac d’Orléans : zoom sur la licence pro cartographie-topographie système d’information géographique

Par Olivier Monod, publié le 29 Janvier 2013
3 min

Proposer des licences pro résolument tournées vers l’insertion sur le marché du travail, c’est l’objectif affirmé de l’université d’Orléans. Et pleinement atteint pour la licence professionnelle cartographie-topographie-système d’information géographique.

Un taux d'insertion professionnelle de 97 % six mois après leur sortie : les diplômés de la licence pro cartographie-topographie système d'information géographique ne manquent visiblement pas de débouchés. Selon Julien, 20 ans, qui la suit aujourd'hui, cette licence forme à deux métiers bien définis : "On peut devenir technicien en système d'information géographique ou faire de la cartographie d'édition", affirme-t-il.


Vers deux types de métier

Dans le premier cas, le travail s'effectue auprès d'une collectivité locale et consiste à gérer la base de données géographique. "Le technicien peut être amené à mettre à jour la base de données, puis à l'utiliser au mieux pour illustrer une problématique sur demande des élus", précise Philippe Quodverte, responsable de la formation. Dans l'autre cas, il s'agit essentiellement de réaliser des cartes synthétiques sur un thème précis.

Le niveau licence est le plus adapté pour ce genre de métiers, car "les entreprises ne sont pas intéressées par les diplômés masters, ils sont trop chers", explique Julien.


La formation : intense et professionnalisante

"Notre force, c'est d'être associé à un BTS [brevet de technicien supérieur] topographie, confie Philippe Quodverte. Nos étudiants ont des notions de topographie, ils savent donc formuler une commande comme il faut à un topographe et vérifier son rendu." Le technicien en SIG étant le lien entre le géographe et le topographe sur le terrain, cette capacité est essentielle.

Les savoirs à acquérir en un an sont donc importants et laissent peu le temps de souffler. "Il faut s'accrocher, juge Julien. Le rythme est soutenu, il faudrait presque deux ans pour tout assimiler." Une année dense et riche donc, mais au terme de laquelle les étudiants sortent avec une réelle compétence. "Nous avons une approche originale avec une capacité de prendre des informations mais aussi d'apporter des solutions à des problèmes", analyse Julien.

La formation est évidemment très professionnalisante avec un stage de 16 semaines, un projet tutoré et des sorties avec le cadastre d'Orléans par exemplepour être au contact des professionnels.


La sélection : en trois temps

Avec seulement 20 places, l'entrée n'est pas aisée. Après une première sélection sur dossier, vient la phase des entretiens et des tests ophtalmologiques. "J'étais en licence de géographie à Orléans, détaille Julien. J'ai envoyé mon dossier, puis j'ai passé des tests de daltonisme et d'ophtalmologie. Ensuite j'ai eu un entretien avec quelques questions de connaissance en géographie." Il existe actuellement quatre ou cinq licences professionnelles dans ce secteur en France.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !