Université d’Orléans : volontaire pour aider les étudiants handicapés

Par Olivier Monod, publié le 29 Janvier 2013
3 min

En 2011-2012, l’université d’Orléans a accueilli 175 étudiants en situation de handicap, dont 95 ont validé leur année. Un effet tangible du dispositif Passerelle handicap, qui compte trois personnes à plein temps pour suivre et accompagner les étudiants concernés.

Séverin a 24 ans et refuse de laisser sa dystonie être un frein dans ses études. Après avoir suivi son lycée à Paris, sa licence à Bordeaux (33), il est maintenant en master à Orléans, en biologie. Spécialiste des insectes, il a trouvé un stage dans un laboratoire montpelliérain et envisage de poursuivre en thèse. Séverin a déjà une petite notoriété dans le milieu des entomologistes qui le conduit à donner des conférences.


Des secrétaires, des jobs étudiants dédiés et un camion pour se déplacer

Le dispositif Passerelle handicap mis en place par l'université d'Orléans lui fournit des secrétaires pour les examens et négocie du temps supplémentaire pour lui pendant les épreuves. Des jobs étudiants sont également proposés pour qu'il ait de l'aide toute l'année dans la prise de notes ou la transcription de cours.

Passerelle handicap dispose également d'un camion adapté – financé par une banque – pour aider aux déplacements sur le campus. "Je profite du camion quand le temps est trop mauvais, témoigne Flavien, en fauteuil roulant. 'La passerelle' m'a aussi aidé dans mes démarches auprès du CROUS."


S'adapter, quels que soient les besoins

"Nous voyons les étudiants handicapés une à deux fois par an, pour s'organiser, explique Fabrice Muller, chargé de mission handicap et accessibilité. En période d'examen, nous avons toujours un surcroît d'activité. Avec certains, nous avons des contacts tous les jours... En fait, nous nous adaptons en fonction des besoins." Chaque cas est en effet différent. Par exemple Simon, étudiant en deuxième année de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) et autiste Asperger, a besoin d'être seul dans une salle pour réussir à se concentrer.

"Nous avons aussi une personne à plein temps pour rendre notre Espace numérique de travail accessible aux malvoyants,continue le chargé de mission. Côté accessibilité du campus, il reste des choses à faire, mais ce sont des travaux lourds et chers. Donc on s'adapte et on demande des amphithéâtres au rez-de-chaussée quand il faut."


Une aide qui se développe depuis 30 ans

Apparue en 1981, cette mission fait de l'université d'Orléans un établissement à la pointe concernant l'accueil des handicapés. Lancée à l'époque par des étudiants, elle permettait à des objecteurs de conscience d'effectuer un service civique avant d'être reprise par l'université quand le service militaire a été supprimé. Avec toujours le même objectif : offrir un lieu d'aide, d'accueil et de convivialité aux étudiants en situation de handicap. "Je ne connaissais pas l'existence de ce service, ce sont eux qui sont venus se présenter à moi, se souvient Flavien, maintenant en L2 (licence 2) de droit. Ils sont toujours prêts à aider." La culture de l'accueil.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !