1. Toulouse School of Economics, une "grande école" pour les matheux
Reportage

Toulouse School of Economics, une "grande école" pour les matheux

Envoyer cet article à un ami

À Toulouse, pour étudier le droit, l’économie ou la gestion, c’est à l’université Toulouse-1 Capitole que cela se passe. Reportage dans cette fac de 17 000 étudiants, qui propose des cursus variés.

Peu d’étudiants le savent, mais c’est à Toulouse-1, plus précisément à la Toulouse School of Economics (TSE), que l’on trouve la crème des enseignants-chercheurs en économie de France. Et d'autres intervenants viennent de grandes facs américaines, comme Yale ou Harvard, et de toute l’Europe. À la rentrée 2011, Toulouse-1 a officiellement ouvert son "école", qui s’appuie sur les laboratoires prestigieux de TSE.

La L1 (licence 1) et la L2 (licence 2), années préparatoires, sont ouvertes à tous et non sélectives. Plusieurs parcours sont possibles : éco-droit, éco-maths, éco-gestion, ou éco-informatique. En L3 (licence 3), le couperet tombe : seuls les meilleurs peuvent rester à TSE.
 

Au moins deux mentions "assez bien" pour être admis en L3

 
"Pour être admis en L3, il faut avoir eu au moins deux mentions "assez bien" sur les 4 semestres de L1 et L2, et ne pas avoir redoublé", explique Marie-Françoise Calmette, la directrice de TSE. Cette année, la sélection a été d’environ un élève sur deux (250 élèves ont intégré la L3, pour 550 inscrits en L2). La quasi-totalité des admis venaient des filières S ou ES option maths.

Les autres étudiants ne sont pas laissés dans la nature. Ils peuvent bifurquer en L3 AES (administration économique et sociale) ou en licence de gestion à l’IAE (Institut d’administration des entreprises), toujours à Toulouse-1.

Pour intégrer TSE en L3, d’autres voies sont possibles. "Nous admettons des candidats issus de classes prépas scientifiques ou économiques, et des étudiants issus d’autres universités", précise Marie-Françoise Calmette.
 

Entrée après une L2 ou après une prépa

 
Astrid, 20 ans, vient d’intégrer la L3 de TSE, après une L2 éco-droit. Elle est "ravie" de ses études, très "stimulantes intellectuellement". Il faut dire que dès la L3, les étudiants ont face à eux des profs stars. Exemples : Jean Tirole, médaille d’or du CNRS (Centre national de le recherche scientifique), un des économistes français les plus connus, ou encore Christian Gollier, un des experts mondiaux de l’économie du risque.

C’est pour cette raison que des étudiants du monde entier viennent s’inscrire à TSE. Dans son M1 (master 1) d’économie, Thomas suit des cours avec des étudiants de 23 nationalités.

"Les Français représentent à peine un quart de ma classe. Certains viennent de grandes facs telles que celles d'Oxford, de Yale ou de la LES [London School or Economics and Political Sciences]", note Thomas.


 
Plus de maths qu’en école de commerce

 
Toutefois, attention : la Toulouse School of Economics n’a rien à voir avec une école de commerce. "Les cours sont très théoriques", prévient Marie-Françoise Calmette. "L’idée n’est pas d’apprendre des techniques pour gérer une entreprise ou vendre un produit, mais plutôt d’arriver à comprendre comment fonctionnent les grands équilibres du monde : la dette, le marché des changes, le chômage, les inégalités Nord-Sud, l’émission de gaz à effet de serre." 

Thomas, lui, a failli intégrer une école de commerce – il a commencé ses études par deux ans de prépa à HEC à Bayonne. "J’aurais pu entrer à BEM [Bordeaux Management School], mais j’ai préféré me centrer sur l’économie. Le cursus de TSE est plus exigeant intellectuellement que celui d’une école. On construit beaucoup de modèles mathématiques. Cela convient bien à mon projet professionnel – un mélange entre la finance et le conseil. Le marketing, le management ou la communication, matières plutôt enseignées en écoles de commerce, ne me tentaient pas."

 
Bien moins cher qu’une école de commerce

 
L’avantage, par rapport à une école de commerce, c’est que Thomas ne débourse presque rien pour ses études. "C’est sûr que cet argument est entré dans la balance… Ma scolarité à TSE me coûte 1.500 € pour les 3 ans, contre au moins 36 000 € dans une école de commerce."

À la sortie de TSE, les débouchés sont variés. La recherche et l’enseignement figurent en première ligne, mais les masters ouvrent aussi à des postes d’économistes, de statisticiens, d’analystes dans la finance, notamment dans des banques ou dans des institutions comme le FMI (Fonds monétiare international), la BCE (Banque centrale européenne) ou la Banque de France.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Toulouse School of Economics, une "grande école" pour les matheux À Toulouse-1, les licences bilingues en droit attirent des cracks Toulouse-1 : rencontre avec trois assos étudiantes sur le campus