1. S’orienter après un bac S : à l’université, serai-je livré(e) à moi-même ?
Coaching

S’orienter après un bac S : à l’université, serai-je livré(e) à moi-même ?

Envoyer cet article à un ami

Passer de l’encadrement du lycée à la liberté de la fac peut être grisant. Mais tant d’indépendance n’est-elle pas déstabilisante ? Conseils extraits du guide Que faire avec un bac S ?, de Thomas Fourquet, aux éditions l'Étudiant.

Pour bien des étudiants, l'université marque une sorte d'entrée dans l'âge adulte : alors que les classes restent très encadrées en prépa, en BTS ou en DUT, la fac marque une rupture très forte avec le lycée. Vous voici autonome, libre d'organiser votre travail comme vous l'entendez. Attention au laisser-aller !
 

Une autonomie très forte

 
L'autonomie n'est pas un vain mot à l'université. Les classes de 30 à 40 élèves du lycée laissent place à des amphis (même si certains cours sont dispensés en petits groupes en TD) et la présence en cours n'est plus systématiquement obligatoire. Les cours sont moins nombreux et dispersés dans la semaine : chaque étudiant, ou presque, peut établir son propre emploi du temps en fonction du choix de ses options. Il arrive de se perdre dans les couloirs, à la recherche de la salle où se déroule le prochain cours... "On se retrouve un peu lâché dans la nature", commente Audrey, en deuxième année de biologie à l'université d'Évry.

 
Cours magistraux, TP et TD

 

Si dans les cours magistraux, ou amphis, qui rassemblent parfois plusieurs centaines d'étudiants, la présence n'est pas obligatoire, les TP (travaux pratiques) et TD (travaux dirigés) sont plus encadrés.

"C'est quand on se retrouve en petits groupes dans les TP et TD, où l'on peut s'entraider, qu'on rencontre les autres étudiants", confirme Audrey. Le cours magistral délivre le savoir théorique de base dans une discipline. Il reste ensuite à l'étudiant à compléter par lui-même ce savoir par un ensemble de lectures et un important travail personnel. "Le professeur délivre un enseignement que vous ne recevrez que si vous le voulez", résume Dimitri, en master 1 de biochimie à l'université de Tours.

L'interaction entre le professeur et ses élèves est donc assez faible, au moins en première année. "En troisième année, poursuit Dimitri, les étudiants vont eux-mêmes corriger les exercices au tableau lors des TD. Cela permet de mieux comprendre."

 
Contrôle continu ou contrôle final

 

Beaucoup d'universités réfléchissent aussi à réformer leur modèle d'évaluation. Longtemps, elles se sont contentées du système du contrôle final : un seul devoir (voire deux) sanctionnait tout un semestre de cours.

Ce système est particulièrement pénalisant pour des étudiants qui ont du mal à s'organiser et qui ne sont pas très autonomes dans leurs apprentissages. Même si bien sûr, il existe des moyens de compenser ses notes et ses semestres (surtout depuis la mise en place du LMD).

Mais désormais la plupart des universités ont mis en place une bonne dose de contrôle continu. Un ensemble de notes vient donc ponctuer l'ensemble de l'année, surtout pour évaluer les TD. Certaines facs vont même plus loin, comme l'université de Strasbourg, en instaurant le contrôle continu intégral pour les étudiants de licence. Les équipes pédagogiques strasbourgeoises en sont certaines, ce système doit permettre à "l'étudiant de prendre conscience de ses lacunes et de progresser". En tout cas, gageons qu'il est déjà un peu moins perdu.



Que faire avec un bac SPOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Que faire avec un bac S ", par Thomas Fourquet.


Sommaire du dossier
Retour au dossier S’orienter après un bac S : l’université, un choix par défaut ? S’orienter après un bac S : l’université, au-delà des clichés S’orienter après un bac S : quelle différence entre l’enseignement des matières scientifiques au lycée et à l’université ? S'orienter après un bac S : existe-t-il une sélection à la fac ? S’orienter après un bac S : à l’université, serai-je livré(e) à moi-même ? S’orienter après un bac S : à l’université, les services d’orientation pour faire mûrir votre projet professionnel