1. Filières anticrise : se former dans la fonction publique ou l’armée
Boîte à outils

Filières anticrise : se former dans la fonction publique ou l’armée

Envoyer cet article à un ami

Des formations gratuites, voire pour lesquelles vous êtes payé, et qui en plus sont des garanties antichômage, cela existe. Pour apprendre le métier qui vous plaît sans débourser un centime, suivez le guide.

Être élève fonctionnaire, c’est la garantie de suivre une formation rémunérée avec un emploi à la clé. Seule condition : réussir un concours. Certains de ceux-ci sont accessibles après le bac (concours de catégorie B), d’autres après la licence (catégorie A) (tous les concours de la fonction publique sont listés dans notre moteur de recherche dédié). Dans la pratique, plus vous êtes diplômé, plus vos chances de réussite augmentent.


Les écoles pour devenir fonctionnaires des finances et des douanes
 

Parmi la vingtaine d’écoles de la fonction publique qui recrutent annuellement, citons celles qui forment les fonctionnaires des finances et des douanes, via les concours de contrôleur (après le bac) et d’inspecteur (après une licence). La formation dure 12 mois pour les contrôleurs et 18 mois pour les inspecteurs. Ils sont payés, net, autour de 19 000 € pendant cette période. À la sortie, un contrôleur débutant perçoit, hors primes, une rémunération annuelle nette de 21 520 € (27 600 € pour un inspecteur).


Les instituts régionaux d'administration


Si vous réussissez le concours des IRA (instituts régionaux d’administration ; leur liste est dans notre Annuaire des formations), après une licence, vous suivrez une année d’études et toucherez, net, 1.595 € par mois. Diplôme en poche, votre salaire sera à peu près le même (avec des primes en plus) et vous travaillerez dans les ministères, préfectures, collèges ou lycées.

D’autres écoles de la fonction publique offrent une formation encore mieux rémunérée, mais la concurrence est plus rude pour y entrer : l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques), les ENS (écoles normales supérieures) pour ceux qui visent l’enseignement, ou encore l’ENAC (École nationale de l’aviation civile), qui forme les contrôleurs aériens, les ingénieurs et les techniciens de l’aviation civile.


Se former via l'armée

L’armée, comme la fonction publique, rémunère ses recrues tout au long de leur formation. Mais il faut s’engager pour une durée minimale de 3 à 5 ans. Bon à savoir : la formation des sous-officiers, recrutés après le bac, débouche sur la délivrance d’un brevet de spécialiste, équivalent, dans le civil, à un BTS.

Pour ce qui concerne les soldes nettes, elles varient de 1 200 € par mois pour un militaire du rang (recruté sans le bac) à près de 3 200 € pour des diplômés de niveau bac + 3 et plus (officiers).

VIRGINIE, 24 ANS, diplômée en 2009 de l’ENAC (École nationale de l’aviation civile) à Toulouse (31), technicienne de l’aviation civile

Virginie, diplômée 2009 de l'ENAC


Son revenu net : 2.500 € par mois (primes comprises).
Durée totale de ses études : 4 ans. 
Coût de la formation de TSA à l’ENAC : études rémunérées pendant 3 ans. 

“Fille de pilote, j’ai toujours voulu travailler dans le monde de l’aéronautique. Après ma prépa MP (maths-physique), j’ai tenté le concours de recrutement des contrôleurs aériens, mais je n’ai pas réussi à décrocher une place. En revanche, j’ai pu intégrer la formation de TSA [technicien supérieur de l’aviation]. 
J’étais rémunérée à hauteur de 1.000 € par mois la première année et 1.100 € la seconde [la formation durait 2 ans à l’époque]. Je n’ai donc pas eu besoin de l’aide de mes parents pour financer mes études. Je vivais sur le campus de l’ENAC, où je louais un studio pour 350 € par mois, ce qui m’économisait les frais de transport. 
Après 2 ans en poste, je suis revenue à l’ENAC pour devenir contrôleur aérien sur des grands centres de contrôle, grâce à la formation continue.” 

Pour aller plus loin : Filières anticrise : les études au meilleur rapport qualité-prix / Après le bac, les filières anticrise : les stratégies gagnantes / Filières anticrise : les études plus coûteuses mais qui rapportent

Sommaire du dossier
Retour au dossier Filières anticrise : se former dans la fonction publique ou l’armée Filière anticrise : décrocher une bourse d’études