1. Amandine, en L3 de lettres modernes : “Il faut se battre pour obtenir ce qu’on veut, quitte à crier bien fort”

Amandine, en L3 de lettres modernes : “Il faut se battre pour obtenir ce qu’on veut, quitte à crier bien fort”

Envoyer cet article à un ami

Amandine, atteinte de la maladie de Little (une infirmité motrice cérébrale qui l’oblige à circuler en fauteuil roulant), a toujours su ce qu’elle voulait faire : professeur de français. Aujourd’hui en L3 (3e année de licence) de lettres modernes à l’université de Cergy-Pontoise, elle vise le master et le CAPES (certificat d’aptitude au professorat du second degré).

Handicap : Amandine, en L3 lettres modernes // © DRAmandine ne lâche jamais rien : “Depuis que je suis petite, je me débrouille toute seule pour obtenir les aides qu'il me faut.” Un ascenseur en panne à la fac ? Des salles inaccessibles ? Pour Amandine, une seule ligne : il faut se battre pour obtenir ce qu'on veut, “quitte à crier bien fort”.

Des aides de la fac

Malgré ses nombreuses opérations et ses besoins réguliers de soins, à 20 ans, Amandine n'a jamais redoublé. Son arrivée à l'université a été préparée en amont et aujourd'hui, elle bénéficie de la plupart des aides proposées par la fac : le tiers-temps supplémentaire pour les examens, les clefs de l'ascenseur, de quoi scanner ses livres, le droit de passer en priorité à la cafet'... Elle tape ses cours sur ordinateur et les enregistre sur un dictaphone. Mais elle se sent toujours dépendante des personnes de la sécurité.

Une motivation double

Combative ? “Je n'ai pas vraiment le choix : quand je suis revenue de 6 mois d'hospitalisation, on m'a proposé de valider mon année en 2 ans et de passer en contrôle terminal. Je ne voulais pas : les partiels sont bien plus stressants !”

Régulièrement à l'hôpital pour des séances de rééducation, Amandine ne peut pas assister à tous les cours. Les absents ont toujours tort : “Quand on n'est pas sur place, c'est plus compliqué. Il faut redoubler de motivation, prouver deux fois plus de choses pour qu'on nous laisse tranquilles. Il y a toujours une solution mais il faut s'y prendre à l'avance, souligne-t-elle. Car parfois les démarches sont très très longues.”

À consulter aussi

HANDICAP ET ÉTUDES
- Handicap et université : un accompagnement personnalisé.
- Des référents handicap dans les écoles.
- Spécial handicap : toutes nos offres de stages.
- Élèves handicapés : cap sur les collèges ordinaires.
- Université d'Orléans : volontaire pour aider les étudiants handicapés.
- Témoignage - François, ingénieur : comment concilier études et handicap.
- Chat vidéo "Étudiants en situation de handicap : l'alternance, un tremplin vers l'emploi" : l'Etudiant a répondu à vos questions. 

HANDICAP ET EMPLOI
- Emploi : les entreprises en quête de jeunes diplômés handicapés.
- Testez vos idées reçues sur le handicap au travail.
- Jeunes diplômés handicapés, comment cibler votre recherche d'emploi.
- Travailleurs handicapés, quels sont vos droits en entreprise ?
- Handicap et emploi : les conseils de salariés pour postuler.
- Handicap et emploi : savoir convaincre.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Handicap au collège ou au lycée : prenez confiance en vous Handicap au lycée : ciblez les établissements supérieurs “handi-accueillants” Étudiant et handicap : profitez des aides et aménagements Jason, étudiant en BTS comptabilité : “Il faut oser défier le monde de l’école” Bilal, en 2e année de DCG : “Tentez le coup malgré le handicap : si vous ne réussissez pas, vous pouvez vous réorienter” Amandine, en L3 de lettres modernes : “Il faut se battre pour obtenir ce qu’on veut, quitte à crier bien fort” Thibaud, étudiant à l’EM Strasbourg : “J’ai toujours essayé de prendre mon handicap comme une chance” Indira, en licence pro pharmaco-vigilance : “J’ai dû me battre pour ne pas être envoyée en lycée professionnel”