1. Supérieur
  2. Méthodes de travail : tu Bic ou tu cliques ?
  3. Pour travailler à plusieurs : plutôt plate-forme ou réseau social ?

Pour travailler à plusieurs : plutôt plate-forme ou réseau social ?

Envoyer cet article à un ami
Quand on travaille en groupe, il arrive qu'une forme de hiérarchie se crée et qu'un "dominant" monopolise les échanges. // © Manu Boisteau
Quand on travaille en groupe, il arrive qu'une forme de hiérarchie se crée et qu'un "dominant" monopolise les échanges. // © Manu Boisteau

Via la plate-forme Moodle, par l’intermédiaire d’un groupe Facebook ou d’un site de partage en ligne, le numérique prend, dans le travail collaboratif des étudiants, tout son sens.

Les méthodes des étudiants

"Pour le travail de groupe, l'utilisation d'une plate-forme de type Dropbox est vraiment un plus", affirme Yoann, étudiant en bio-informatique. "Cela permet de partager des fichiers lourds sans problème. Mais c'est surtout un avantage car on ne travaille pas tous au même moment. Par exemple, moi, je travaille le soir. Avec un fichier partagé, on travaille quand on veut et on dispose de toutes les dates d'upload [téléchargement]. Cela permet d'avoir un suivi des ajouts", explique-t-il.

Même méthode pour Hugo, étudiant en L2 de droit à Paris-Descartes. "Une grande partie de nos fiches TD, polycopiés, fichiers PDF de cours sont disponibles sur une plate-forme numérique Moodle accessible sur le site de l'université. S'il nous manque un cours, nous faisons nos demandes de partage sur un groupe Facebook réunissant plusieurs centaines d'étudiants de première année. Pour le partage de documents à proprement dit, nous utilisons Dropbox."

Dans le domaine de l'informatique aussi, les outils collaboratifs sont indispensables. "Notamment pour la programmation, qui représente la moitié des cours en L1 et L2", explique Jean-Baptiste, étudiant à l'IUT Paris-Descartes. "Nous utilisons un outil collaboratif de programmation, qui permet à chacun d'avoir la même version courante du code, histoire de ne pas se marcher sur les pieds", précise-t-il.

Méthode plus traditionnelle pour Camille, en L2 de droit à Bordeaux, qui préfère en général travailler seule ou confronter ses notes de TD à celles d'une camarade "de confiance".

Les conseils des pros

Utilisez les espaces collaboratifs qui sont offerts par les nouveaux learning centers ou dans les bibliothèques universitaires. À Paris-Descartes, les "Carnets Descartes" fonctionnent comme un réseau social interne. Tous les étudiants de l'université peuvent se créer un profil et entrer en contact, partager, commenter sur des thématiques.

"5 à 10 % des étudiants recourent à la plate-forme pour travailler de manière collaborative", explique Thierry Koscielniak, directeur de la cellule pédagogie numérique à Paris-Descartes. "3 étudiants, c'est le nombre optimal d'un groupe de travail", avance Alain Jaillet, enseignant-chercheur en pédagogie numérique à l'univesité de Cergy-Pontoise (95).
"Il se crée toujours une forme de hiérarchie qui va voir naître un dominant : celui-ci va monopoliser les échanges. Plus le groupe est grand, moins les interactions auront lieu. Au-dessus de 3, travailler sur des logiciels de traitement de texte basés sur le Web sera donc plus efficace", assure le chercheur.

Espace coworking ou réseaux sociaux
"Travailler ensemble et confronter ses idées est une bonne manière de compléter le cours et d'en amorcer la compréhension", note Alain Jaillet, chercheur en pédagogie à l'université de Cergy-Pontoise. D'ailleurs, pointe Henri Isaac, vice-président chargé du numérique à Paris-Dauphine : "Nous n'avons jamais eu autant d'étudiants sur notre campus ! Preuve que ceux-ci ont besoin de se retrouver dans des espaces de coworking [travail coopératif]."

D'autant plus que savoir travailler en équipe est une compétence valorisée et recherchée par les futurs employeurs. Dans certains cas, le travail collaboratif est même une nécessité, rapporte Pierre-Yves Sanséau, professeur de gestion des ressources humaines à Grenoble EM. "Dans notre parcours Ulysse, les 25 étudiants ont très vite compris que, pour réussir, il fallait qu'ils s'entraident. Dès la rentrée, ils ont utilisé Facebook comme plate-forme collaborative." Pourquoi ne pas utiliser la plate-forme fournie par l'école ? "Facebook est non seulement dans leur ADN, mais cela leur permet en plus de disposer d'un réseau dans lequel l'école n'interfère pas", souligne l'enseignant.

Pour aller plus loin : Prise de notes : quelle est la méthode la plus efficace ? / Mémoire, rapport de stage : bien travailler en bibliothèque / Facebook et les réseaux sociaux peuvent-ils vous aider dans vos études ? / Les nouveaux outils pour apprendre autrement / Internet : bien chercher pour bien trouver

Sommaire du dossier
Retour au dossier Pour faire des recherches : vous êtes plutôt Net ou BU ? Pour prendre des notes : plutôt stylo ou clavier ? Pour mémoriser : plutôt Bristol ou écran ? Pour travailler à plusieurs : plutôt plate-forme ou réseau social ? Pour vous organiser : vous êtes plutôt appli ou agenda ?