1. Handicap au lycée : ciblez les établissements supérieurs “handi-accueillants”

Handicap au lycée : ciblez les établissements supérieurs “handi-accueillants”

Envoyer cet article à un ami

Qui dit étudiant dans le supérieur, dit plus d’autonomie. Mais là encore, vous ne serez pas lâché dans le grand bain. Dans les établissements supérieurs, des dispositifs d’accueil sont mis en place pour les étudiants en situation de handicap. Certains sont même spécialement “handi-accueillants”. Voici des pistes pour les identifier et les contacter dès l’année de terminale.

Vous rêvez de devenir médecin. Mais les longues études vous semblent inaccessibles. Détrompez-vous ! Depuis la loi de 2005 pour l'égalité des droits et des chances et la charte université-handicap en 2007, les établissements supérieurs doivent mettre en place les dispositions nécessaires pour accueillir des étudiants handicapés.

Bien sûr, vous ne serez pas épaulé comme dans le secondaire, même si des aides techniques et humaines, adaptées à votre handicap, peuvent être mises en place (accessibilité, matériel adapté, aménagement des études...). L'arrivée dans le supérieur est synonyme de plus d'autonomie. Il faudra gérer seul votre vie de tous les jours : allocations, logement, transports... Le mot-clé ? Anticiper. Votre projet se prépare dès le mois de janvier de l'année de terminale en concertation avec votre enseignant référent, le médecin scolaire et l'équipe pédagogique d'accueil. Signalez le plus tôt possible votre handicap et vos besoins d'aménagements (entre janvier et mars si possible).

Comme chaque lycéen de terminale, vous devez également remplir votre dossier d'inscription sur APB (Admission post-bac). Pour les filières sélectives, vous pouvez faire un vœu de “priorité”. Si on estime que vos notes ne reflètent pas vos capacités (pour des raisons liées à votre handicap), votre dossier peut être remonté dans la liste. Attention, c'est une procédure d'exception. Dans la plupart des cas, vous suivrez la procédure normale.

Menez votre enquête

Avant de vous arrêter sur un choix de formation, vous pouvez consulter une liste des établissements handi-accueillants sur le site de l'Onisep.  

Le site du CIDJ propose quant à lui un répertoire national des formations accessibles pour chaque type de handicap. Les établissements sont classés du plus accessible au moins accessible..

Le site handi-u est également très utile.

Des associations peuvent aussi vous accompagner et vous orienter vers des établissements qu'elles connaissent bien pour leur dynamique handicap : l'Arpejeh, la FEDEEH, Starting Block ou encore Hanploi.

Enfin, comme les autres lycéens, visitez les salons (la plupart possèdent un espace handicap). Ne vous interdisez rien, faites le tour des écoles et des formations qui vous intéressent. Ensuite, rendez-vous aux journées portes-ouvertes (JPO) des établissements.

Contactez le relais handicap

Après le bac, l'accompagnement dont vous pouvez bénéficier diffère selon les structures. Votre premier interlocuteur, quel que soit l'établissement : le relais handicap (ou service d'accueil des étudiants en situation de handicap).

Si vous choisissez une formation dispensée en lycée (BTS ou CPGE par exemple), vous continuerez à bénéficier des mêmes aides que dans le secondaire (AVS, aide pour le transport, etc.).

Si vous optez pour l'université, contactez le relais handicap de la fac dès le mois de janvier-février (par téléphone ou à l'occasion des JPO). Si le service est suffisamment développé, on vous proposera un ou deux rendez-vous pour faire le point sur votre situation et visiter les locaux.

“Nous conseillons aux lycéens de prendre contact avec nous vers le mois de février pour leur présenter notre fonctionnement, explique Patrick Courilleau, de l'université de Cergy-Pontoise. Il est ensuite proposé un deuxième rendez-vous avec les référents handicaps des UFR (unités de formation et de recherche) pour discuter des besoins éventuels et vérifier la bonne adéquation entre les compétences et le parcours professionnel envisagé.”

Idem pour les grandes écoles ou les écoles spécialisées. Avant de choisir, contactez le référent handicap : il vous renseignera sur les modalités d'aménagements dans son établissement.

“Cette première prise de contact est l'occasion de rencontrer les responsables de formations, de se rendre compte de l'accessibilité et de voir si des aménagements complémentaires sont nécessaires”, indique Xavier Quernin, chargé de mission handicap à l'Institut polytechnique LaSalle Beauvais (une école d'ingénieurs qui dispense des formations en agriculture, alimentation, santé et géologie).

Des aménagements dès la sélection

Quel que soit votre établissement d'accueil, ces rencontres sont donc très fortement conseillées, ne serait-ce que pour vous rendre compte par vous-même de l'accessibilité du bâtiment. Vous pouvez aussi rencontrer d'autres étudiants handicapés déjà dans l'établissement. Quelques écoles, comme l'institut LaSalle, proposent des aménagements dès le concours d'entrée (tiers-temps supplémentaire par exemple). À Sciences Po, il est également possible d'obtenir la gratuité du concours sur justificatif d'invalidité.

“Nous voulons sensibiliser en amont ces jeunes, leur permettre de dépasser le phénomène d'autocensure, analyse Yolaine Drouilly, déléguée générale de Passerelle. Ils doivent pouvoir suivre la voie qu'ils ont choisie. Ils ont les compétences et nous pouvons les aider à franchir les barrières.” Passerelle, c'est l'alliance de 12 écoles de commerce et de 8 entreprises. Chaque société finance la politique de sensibilisation des étudiants dans les écoles, la formation des référents handicap, l'achat de matériel adapté ainsi que les moyens humains. Mais c'est aussi un concours post-bac pour les étudiants en situation de handicap.  Concrètement, 8 écoles sur les 12 partenaires de Passerelle participent au projet. 

Les candidats admis suivent une formation en BTS ou DUT pendant 2 ans ou en Bachelor pendant 3 ans. À la fin de leur formation, ils intègrent une école en première année (pour les DUT ou BTS) ou en deuxième année (pour les Bachelor) sans avoir à repasser de concours.

En 2013, sur les 6 candidats au concours postbac handicap, 2 ont été admis. Les inscriptions ont lieu en février sur le site Passerelle.

Passerelle : intégrer une grande école de commerce
Seuls 2 bacheliers en situation de handicap sur 10 poursuivent leurs études dans l'enseignement supérieur, et ils ne sont que 4 % à intégrer une grande école. Démocratiser l'accès aux grandes écoles de commerce et de management, c'est l'ambition de l'association Passerelle.
 

À consulter aussi

HANDICAP ET ÉTUDES
- Handicap et université : un accompagnement personnalisé.
- Des référents handicap dans les écoles.
- Spécial handicap : toutes nos offres de stages.
- Élèves handicapés : cap sur les collèges ordinaires.
- Université d'Orléans : volontaire pour aider les étudiants handicapés.
- Témoignage - François, ingénieur : comment concilier études et handicap.
- Chat vidéo "Étudiants en situation de handicap : l'alternance, un tremplin vers l'emploi" : l'Etudiant a répondu à vos questions. 

HANDICAP ET EMPLOI
- Emploi : les entreprises en quête de jeunes diplômés handicapés.
- Testez vos idées reçues sur le handicap au travail.
- Jeunes diplômés handicapés, comment cibler votre recherche d'emploi.
- Travailleurs handicapés, quels sont vos droits en entreprise ?
- Handicap et emploi : les conseils de salariés pour postuler.
- Handicap et emploi : savoir convaincre.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Handicap au collège ou au lycée : prenez confiance en vous Handicap au lycée : ciblez les établissements supérieurs “handi-accueillants” Étudiant et handicap : profitez des aides et aménagements Jason, étudiant en BTS comptabilité : “Il faut oser défier le monde de l’école” Bilal, en 2e année de DCG : “Tentez le coup malgré le handicap : si vous ne réussissez pas, vous pouvez vous réorienter” Amandine, en L3 de lettres modernes : “Il faut se battre pour obtenir ce qu’on veut, quitte à crier bien fort” Thibaud, étudiant à l’EM Strasbourg : “J’ai toujours essayé de prendre mon handicap comme une chance” Indira, en licence pro pharmaco-vigilance : “J’ai dû me battre pour ne pas être envoyée en lycée professionnel”