1. Indira, en licence pro pharmaco-vigilance : “J’ai dû me battre pour ne pas être envoyée en lycée professionnel”

Indira, en licence pro pharmaco-vigilance : “J’ai dû me battre pour ne pas être envoyée en lycée professionnel”

Envoyer cet article à un ami

Titulaire d’un bac STL (sciences et technologies de laboratoire) et d’un BTS (brevet de technicien supérieur) bio-analyses et contrôles, Indira suit une licence pro par apprentissage dans la société Galderma. Elle passe quatre semaines en entreprise et quatre semaines au lycée Pierre-Gilles de Gennes et à l’UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie).

Indira en licence pro pharma-vigilance // DRJusqu'à la troisième, Indira était scolarisée dans des classes spécialisées (CLIS et ULIS) au sein des établissements ordinaires. Attirée depuis toujours par les métiers du médical, elle souhaitait alors entrer en lycée général.

“Le handicap fait peur”

“J'ai dû me battre pour ne pas être envoyée en lycée professionnel ! Le handicap fait peur, on a tendance à placer les jeunes en situation de handicap dans des formations moins exigeantes, de peur qu'ils n'y arrivent pas…” Atteinte d'une IMC (infirmité motrice cérébrale), Indira se déplace avec une canne.

C'est au lycée (et notamment en première) qu'elle a eu le plus de mal à se faire accepter. “Personne ne voulait de moi. J'ai dû à nouveau me battre pour obtenir une rampe à l'entrée du lycée.” Elle obtient finalement un bac STL en 2009 et décide tout naturellement de s'orienter vers un BTS dans le même lycée.

Un premier stage chez L'Oréal

Le cap du bac passé, l'entrée en BTS se fait plus simplement : le personnel encadrant et les professeurs la connaissent bien. Comme elle doit s'absenter régulièrement pour raisons de santé, on lui propose de passer son BTS en 3 ans. Par l'entremise de l'association Arpejeh, elle effectue son premier stage chez L'Oréal, puis un deuxième, plus long, l'année suivante.

Aujourd'hui en licence pro par apprentissage, c'est aussi grâce à Arpejeh qu'elle a trouvé son contrat d'alternance, après une simulation d'entretien chez Galderma, une entreprise partenaire de l'association. “Dès le début, mon maître d'apprentissage m'a présentée à toute l'équipe. Il n'y a pas de différence entre eux et moi. Quelques aménagements ont été effectués sur mon poste. Je bénéficie également d'aides pour le transport, grâce à Handi'EM (une association qui réunit les entreprises du médicament pour favoriser l'emploi des personnes handicapées NDLR).”

À consulter aussi

HANDICAP ET ÉTUDES
- Handicap et université : un accompagnement personnalisé.
- Des référents handicap dans les écoles.
- Spécial handicap : toutes nos offres de stages.
- Élèves handicapés : cap sur les collèges ordinaires.
- Université d'Orléans : volontaire pour aider les étudiants handicapés.
- Témoignage - François, ingénieur : comment concilier études et handicap.
- Chat vidéo "Étudiants en situation de handicap : l'alternance, un tremplin vers l'emploi" : l'Etudiant a répondu à vos questions. 

HANDICAP ET EMPLOI
- Emploi : les entreprises en quête de jeunes diplômés handicapés.
- Testez vos idées reçues sur le handicap au travail.
- Jeunes diplômés handicapés, comment cibler votre recherche d'emploi.
- Travailleurs handicapés, quels sont vos droits en entreprise ?
- Handicap et emploi : les conseils de salariés pour postuler.
- Handicap et emploi : savoir convaincre.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Handicap au collège ou au lycée : prenez confiance en vous Handicap au lycée : ciblez les établissements supérieurs “handi-accueillants” Étudiant et handicap : profitez des aides et aménagements Jason, étudiant en BTS comptabilité : “Il faut oser défier le monde de l’école” Bilal, en 2e année de DCG : “Tentez le coup malgré le handicap : si vous ne réussissez pas, vous pouvez vous réorienter” Amandine, en L3 de lettres modernes : “Il faut se battre pour obtenir ce qu’on veut, quitte à crier bien fort” Thibaud, étudiant à l’EM Strasbourg : “J’ai toujours essayé de prendre mon handicap comme une chance” Indira, en licence pro pharmaco-vigilance : “J’ai dû me battre pour ne pas être envoyée en lycée professionnel”