1. Supérieur
  2. Les labels et accréditations à la loupe
  3. P comme protégé
Décryptage

P comme protégé

Envoyer cet article à un ami

P comme protégé


Dans le secteur public, certains diplômes de l'Education nationale sont protégés par des textes officiels, c’est-à-dire qu’une école ne peut assurer une préparation à ces diplômes sans autorisation préalable. Il s’agit des diplômes nationaux, des diplômes d’Etat indispensables pour exercer une profession réglementée (dans le secteur paramédical notamment), ainsi que des BTS (brevets de technicien supérieur).

L'Etat a également le monopole de la délivrance des grades (au nombre de quatre : le bac, la licence, le master et le doctorat) et des titres universitaires (bachelier, licencié, etc.). Dans le secteur privé, il est possible aussi de protégé un nom de diplôme, en le déposant auprès de l'INPI (Institut national de la propriété industrielle). C'est le cas, par exemple, du mastère spécialisé qui appartient à la CGE (Conférence des grandes écoles).

(voir également déposé)

Sommaire du dossier
Retour au dossier Quels labels pour quelles écoles ? Notre tableau pour le voir en un coup d'œil A comme accréditation, agrément B comme bachelor, brevet C comme certificat, certification, charte, classement D comme déposé, diplôme, diplôme national, diplôme d’Etat E comme ECTS, équivalence G comme grade, grande école H comme homologation, habilitation L comme licence, LMD M comme marque, master, mastère ou mastère spécialisé N comme niveau, norme P comme protégé R comme réseau, répertoire, reconnaissance, réglementé S comme supplément au diplôme T comme titre, titre répertorié, titre universitaire V comme visa